Protection des données : quels changements seront apportés en 2018 ?

Pour certaines entreprises, 2018 sera une année comme les autres. Cela ne sera cependant pas le cas pour les sociétés qui proposent des services en ligne. Effectivement, le Règlement général sur la protection des données sera applicable à partir de 25 mai. Les établissements concernés n’ont plus que quelques mois pour effectuer une mise en conformité.

Le Règlement Général sur la Protection des Données : la grande nouveauté de 2018

La plupart des entrepreneurs connaissent déjà l’existence du RGPD 2018. Effectivement, ce texte a été adopté en 2016. Cependant, il ne sera en vigueur qu’à partir de 25 mai. Cette loi sera applicable sur l’ensemble du territoire de l’Union européenne. Elle servira de cadre légal unique pour tout ce qui se rapporte à la protection des données.

Le RGPD accorde de nouvelles prérogatives aux particuliers et aux utilisateurs des services web. Les citoyens européens peuvent désormais exiger que leurs données soient supprimées dès qu’ils se désabonnent. Les mineurs ont droit à une meilleure protection et la succession numérique est maintenant un droit reconnu par la commission européenne.

Les établissements concernés ont également de nouvelles obligations envers les internautes. Ainsi, il faut informer les visiteurs d’un site sur la collecte des données de navigation. Certaines normes doivent aussi être respectées en matière de traitement.

Enfin, les entreprises doivent impérativement recruter un Délégué à la protection des données.

Recruter un Délégué à la protection des données : une urgence

D’après de récentes études, seulement une société sur 10 s’est conformée au RGPD. Pourtant, il ne reste plus que quelques mois pour réaliser les opérations de mise en conformité.

Afin de mener à bien ce projet, il faudra d’ores et déjà embaucher un délégué à la protection des données. Ce dernier aura pour mission de gérer​​ la ​​protection des​​ données ​​de ​​l’entreprise. Il effectuera un audit avant de suggérer un plan d’action. Après avoir comblé les failles de sécurité, l’expert sera le principal interlocuteur des autorités de contrôle. Il défendra les intérêts de la compagnie en se chargeant de toutes les procédures administratives. Il enverra par exemple un rapport annuel à la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés. Cela permettra d’éviter les sanctions en cas de litiges avec des tiers qui prétendent que leurs fichiers ont été dérobés. Grâce à ce spécialiste, les chefs d’entreprises n’ont rien à craindre concernant le RGPD 2018.

Author: Siteadmin
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *