Comment former ses salariés à l’anglais ?

Dans le monde professionnel, près de 70% des cadres sont amenés à parler une langue étrangère au travail, notamment l’anglais. Cela peut être une réelle source de stress et de fatigue, surtout que la France arrive à la 35ème place d’un classement de 88 pays sur les compétences en anglais de leurs citoyens. Pourquoi la maîtrise de l’anglais est-elle nécessaire dans le monde professionnel?

La place de la langue anglaise dans le monde du travail

Il est courant d’entendre que la maîtrise de l’anglais est indispensable dans le monde du travail. Cela reste aujourd’hui encore vrai, car la langue de Shakespeare tient la première place dans le monde du commerce et des affaires internationales, même si elle n’est pas la langue la plus parlée au monde.

Plus que jamais, parler anglais est devenue une nécessité sur le marché du travail, à cause de la mondialisation et de la globalisation des marchés. Pour accéder aux emplois, parler anglais est un prérequis et c’est surtout le e-commerce et l’e-économie qui exigent de plus en plus cette communication tournée vers l’internationale. Le niveau d’anglais des affaires est d’ailleurs différent du niveau scolaire, où l’on est resté au « Bryan is in the kitchen ». Le niveau opérationnel C2 est aujourd’hui exigé par beaucoup d’employeur.

Les avantages à former ses collaborateurs à l’anglais

Pour l’entreprise, former ses employés à l’anglais est un enjeu majeur qui présente autant d’avantages pour l’entreprise que pour l’employé lui-même.

Les avantages de l’entreprise à former ses collaborateurs sont nombreux.  L’anglais est essentiel pour :

  • Conquérir de nouveaux marchés internationaux ;
  • Etre reconnu sur la scène mondiale par ses clients et partenaires ;
  • Assurer sa place dans la course à l’innovation, à la recherche et au développement ;
  • Maîtriser l’information ;
  • Améliorer les performances logistiques.

Pour le salarié, apprendre l’anglais est une opportunité car :

  • Lui permet de saisir des opportunités d’évolution de carrière ;
  • Participe à son bien-être ;
  • Elargit son horizon culturel ;
  • Lui permet d’éviter tout malentendu et être crédible dans sa communication avec ses interlocuteurs étrangers ;
  • Lui permet de participer efficacement aux réunions, présentations et négociations en anglais.

Comment améliorer le niveau d’anglais dans les entreprises ?

Il est d’abord nécessaire d’améliorer le système éducatif, puis la formation professionnelle pour prétendre à un meilleur niveau d’anglais dans les entreprises. Pour les diverses raisons citées précédemment, les entreprises devraient accorder une place prépondérante à l’anglais dans leur formation. Le financement est un élément décisif dans ce choix de formations en entreprises.

Voici quelques points importants qui permettent aux salariés d’améliorer leur niveau d’anglais :

  • La motivation est la première clé de l’apprentissage de la langue anglaise ;
  • Le choix du support est important pour apprendre l’anglais. Les supports de formations sont aujourd’hui nombreux et l’ « élève » peut choisir entre la visioconférence, le cours par téléphone, ou encore les animations d’atelier en anglais avec des formateurs professionnels ;
  • Le salarié peut également choisir un programme de formation en anglais sur mesure tel que le cours d’anglais financier, l’anglais juridique ou le cours d’anglais pharmaceutique ;

Former ses salariés en anglais est un gage de montée en compétences pour l’entreprise. Avant de programmer des cours de perfectionnement, évaluer et connaître le niveau de pratique de la langue est essentiel. Le salarié devra passer les tests TOEIC ou  BULATS, qui sont des tests reconnus dans le milieu professionnel. Le TOEIC permet de donner un score global qui révèle le niveau du candidat, tandis que le BULATS est un test pour ceux dont le vocabulaire lié au monde des affaires est déjà assez conséquent.

La plus grande difficulté rencontrée pour apprendre l’anglais lorsqu’on est déjà dans le monde du travail est le manque de temps. C’est pourquoi, l’employeur doit soutenir le salarié dans son apprentissage de la langue.

 

 

Author: Corine Jeamis
Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *